Etude de Cas : 2070€/mois en 3 mois

Etude de Cas Florian élève du MasterClass Immeuble Gagnant

Etude de Cas : MasterClass Immeuble GagnantE

Téléchargez notre formation : Les 8 secrets des investisseurs gagnants

Salut les investisseurs gagnant gagnants. Bienvenue dans cette nouvelle vidéo. Et aujourd’hui, on a le plaisir de partager avec vous une histoire inspirante, celle de Florian qui va se présenter dans quelques instants, qui est un de nos élèves. Il va vous raconter comment malgré les difficultés qu’il a, c’est-à-dire on entend beaucoup de choses, il a pas, il a acheté sa résidence principale, donc il a quand même pu investir.

avis masterclass immeuble gagnant

fg

Il avait pas beaucoup de temps Florian.

Voilà, exactement. Donc plein de choses qui vont je pense, que vous pourrez transposer à vous, à votre histoire. Et vous verrez que malgré toutes ses difficultés, il a réussi à acheter son premier immeuble qui génère plus de 2.000 euros, 2.070 euros précisément par mois. Donc déjà merci Florian de partager ton histoire.

Merci à vous de m’accueillir.

Ben, écoute, avec plaisir. Et Florian, alors pour ceux qui ne te connaîtraient pas, est-ce que tu peux te présenter ?

Effectivement, je m’appelle Florian, là on est d’accord là-dessus. J’ai une trentaine d’années. Je travaille dans l’informatique depuis maintenant une dizaine d’années.

Et du coup, la première question que j’avais envie de te poser, c’est quel a été pour toi le déclic, qu’est-ce qui t’a donné en fait envie d’investir dans l’immobilier ?

Oui, d’accord. Ben, donc comme je disais, c’est vrai que ça fait dix ans que je travaille. Le fait d’être toujours dans la même société fait qu’on prend des responsabilités, on évolue et on s’implique de plus en plus dans la société, et ce qui fait qu’on passe beaucoup plus de temps dans la société. Maintenant, je dépasse facilement les 35 heures, je suis presque à 40 heures semaine. Et c’est vrai que du coup la semaine on voit plus le temps passer. On a le temps de rien. On rentre le soir c’est on mange et on va se coucher presque, on a plus le temps de rien faire. Il reste juste le petit week-end et voilà. Je voulais changer vraiment cet aspect-là et gagner du temps pour pouvoir faire autre chose que rester impliquer dans ce travail, la tête baissée dans le guidon tout le temps.

D’accord. Donc tu voulais plus de temps.

Oui. Me dégager du temps.

Et je pense aussi, on en a parlé un peu avant, il y avait un événement familial.

Oui. Alors effectivement, je suis heureux papa depuis quatre mois maintenant, quatre, cinq mois.

Félicitations.

Donc ta femme elle était enceinte au moment où t’as commencé à chercher.

C’est ça, c’est ça. Il y a eu des signatures à faire alors que, ben, bébé était attendu hein. Donc ça prenait encore plus de temps en plus du boulot.
Elle était pas à la maternité prête à accoucher et toi tu.

Pas loin, pas loin, mais non, non, ça a été, ça s’est bien goupillé. Après, bon pour la petite histoire, c’est vrai qu’elle est arrivée un mois plus tôt, donc ça changeait un peu les plans. Mais voilà, il fallait jongler entre tout ça, oui. Et donc ça m’a conforté dans l’idée.

Ça t’a donné encore plus envie d’avoir du temps.

Voilà, ça m’a conforté dans l’idée de il me faut vraiment du temps pour passer du temps avec mon premier enfant et puis peut-être les suivants.

Et du coup Florian, pourquoi t’as décidé ben d’acheter une formation alors que t’aurais pu te former tout seul ? On trouve plein de contenus sur Internet. Pourquoi t’as voulu être accompagné pour faire ce premier investissement ?

Ben, on revient encore une fois au niveau du temps. Se former tout seul, ça prend quand même beaucoup de temps. Là, ça permettait on va dire de prendre des raccourcis, mais surtout les bons raccourcis. Et puis, être accompagné quand même sur des projets comme ça où c’est pas dans le naturel des gens, c’est pas quelque chose qu’on a l’habitude de faire. On parle quand même de gros sous. Il vaut mieux être bien entouré quand même et voilà, c’est pour ça que j’ai pris une formation. Et donc avec vous où comme je vous le disais vous êtes vraiment proches des personnes. Le contact passe bien et voilà, c’était important pour moi d’avoir ce relationnel, plus encore que le contenu.

Oui, parce que il y a beaucoup de gens qui font comme nous, qui proposent des formations, etc. Et du coup, qu’est-ce qui a fait aller plus vers nous que quelqu’un d’autre en fait ?

Oui, c’est ça. Comme je disais, encore plus le contenu c’est vraiment le relationnel. Je me suis retrouvé en vous parce que, ben, vous étiez encore salariés quand j’ai commencé à regarder vos vidéos. Et donc ça, ça me parlait bien. Après, vous êtes aussi de la même région que moi. Et donc voilà, c’est cet entourage et ce relationnel que je recherchais vraiment et que j’ai trouvés avec vous.

D’accord. Oui, donc tu voulais vraiment avoir une méthode qui te dise comment faire rapidement parce que t’avais peu de temps. Et puis, ce côté voilà, je peux poser mes questions, on est dans un réseau, on le dit souvent à investisseurs gagnants, il y a vraiment, on essaye de créer cette mentalité d’avoir un réseau, d’être une équipe tous ensemble quoi.

C’est ça, cette équipe. Puis après, c’est vrai que le fait d’avoir une formation, c’est aussi quelque chose de structuré du coup avec les étapes qui s’enchaînent bien, alors que chercher par soi-même, on va trouver d’un côté peut-être des astuces pour le notaire.

On tâtonne plus.

Des trucs pour la banque, alors que là on a toutes les étapes les unes après les autres, et ça permet d’être guidé.

Ça fait gagner du temps en fait.

Exactement.

Ok, ça marche.

Et du coup justement, en termes de résultat, aujourd’hui.

Où t’en es ? Qu’est-ce que t’as acheté ?

Alors, j’ai un immeuble depuis quelques mois. Donc c’est un immeuble composé de six studios.

D’accord.

Donc, c’est que de l’étudiant et c’est loué en meublé.

D’accord. Alors, tu l’as payé combien ?

Je l’ai payé 247.500 euros.

 Mais c’était pas le prix affiché.

C’était pas le prix affiché, c’était 255.000 euros. Et j’avais d’ailleurs fait une offre au prix de 255.000 euros et c’est encore après l’offre, quand on a fait les compromis, les projets de compromis entre mon notaire et son notaire, on a essayé d’encore gratter un petit peu de quelques milliers d’euros.

D’accord. Moi, je voudrais revenir un peu là-dessus, parce que je trouve que l’histoire de ce premier immeuble elle est intéressante. Comment ça s’est passé au moment où t’as vu l’immeuble et au moment où t’es allé le visiter ?

Alors, donc ça s’est passé en très peu de temps puisque la journée le matin même je faisais une visite.

Pas très concluante.

Pas très concluante. Un peu déçu. Baisse de motivation. Bon, on rentre un peu la tête baissée, et puis allez, regain d’énergie. On se dit on va aller sur Leboncoin ou un autre site d’annonces, peu importe, et puis on va essayer de trouver une annonce. Et puis là, je tombe sur l’annonce.

Pas une annonce, l’annonce.

L’annonce donc de cet immeuble affiché à 255.000 euros. Et puis, avec les calculs rapides, on se rend compte qu’il est déjà à plus de 9,5 % affiché.

De renta brute.

De rentabilité brute.

Sur un marché où c’est compliqué quand même, on peut le dire, t’investis comme nous à Lille, donc c’est compliqué d’avoir du 10 %. Là direct t’étais à 9,5 %.

C’est ça.

Et c’était sur Leboncoin. Donc vous voyez, le réseau c’est un bon point, mais quand même quand on est motivé, quand on sait chercher, on obtient quand même des bonnes affaires sur Internet.

Qu’est-ce que tu fais ? Alors du coup, tu vois cette annonce.

Alors je vois l’annonce. J’essaye de regarder qui c’est qui a posté l’annonce. Donc c’est pas une agence immobilière, c’est une personne en direct et qui n’a pas laissé son numéro de téléphone.

Mais annonce plutôt détaillée.

Assez, oui, oui, bien détaillée. Il y avait presque qu’une page, c’était assez complet, des belles photos, oui, oui, il y avait toutes les infos. Donc c’est pour ça que je lui ai envoyé un message, et puis je lui ai dit tout de suite dans son message que sa description était largement suffisante pour moi, que j’avais pas forcément plus de questions et que je voulais absolument visiter le plus rapidement possible.

D’accord, ok.

Donc lui, il m’a juste répondu en me donnant son numéro de téléphone. Donc je l’ai appelé dans la foulée. Et puis, ben, je lui ai dit que je voulais visiter le plus vite possible. Si possible dans la journée. Donc il était à peu près midi trente. Moi j’étais attendu chez la belle-mère.

Tu l’as un peu fâchée ce jour-là, non ?

C’était un peu urgent. Et puis, je me suis dit ben tant pis, on va décaler un peu le rendez-vous chez la belle-mère. Et puis, je vais aller visiter. Il y a des priorités dans la vie.

Exactement.

Et donc il m’a dit, ben ça tombe bien, je suis à l’immeuble, je vous attends, venez tout de suite si vous pouvez. Donc j’ai pris ma voiture, je suis parti et en fait à l’accueil il m’a dit j’étais le premier, donc je pense que ça a dû compter.

Ok. T’es arrivé le premier sur la bonne affaire.

Le premier sur la bonne affaire. Le premier à visiter. Et puis, ben effectivement, dans la visite ça correspondait bien aux photos. Donc c’était propre, c’était nickel.

T’as fait comme on t’a appris, t’as fait ta check-list.

Je suis arrivé, d’ailleurs quand il m’a vu arriver avec mes feuilles, il s’est même demandé si j’étais pas une agence immobilière. Il dit mais en général, les gens sont pas aussi carrés que ça. Et donc voilà, ça l’a mis en confiance. On a discuté. J’ai dû lui dire que j’étais pas une agence immobilière.

Oui, parce que lui il avait surtout pas envie que tu sois une agence. Il voulait passer en direct.

C’est ça, il voulait passer en direct, tout à fait. Et donc à la fin de la visite, je lui ai confirmé que ben son immeuble était très intéressant et que j’allais lui faire une offre certainement dans la journée.

Oui. Tu nous as dit quand on en a parlé un peu avant la vidéo, je lui ai dit je vais certainement lui faire une offre, parce que comme c’était le premier je voulais pas lui dire que j’allais faire une offre.

Oui, c’est ça. Comme c’est le premier, il y a encore un peu de réticences à se lancer.

C’est normal.

Et j’ai pas osé faire l’offre tout de suite.

Simon, il dit toujours faut que je fasse mes calculs et je vous rappelle. Mais même aujourd’hui.

C’est ça, oui, oui. Après, bon là tous les chiffres je les avais déjà donc, mais bon voilà, il y a quand même ce côté faut se replonger dedans.

Est-ce qu’il y avait des travaux dans cet immeuble ?

Non, vraiment aucun travaux.

D’accord.

Vraiment aucun travaux, c’était propre. Et encore aujourd’hui, là en deux, trois mois, j’ai acheté un détecteur de fumée et à capter les.

Gros, gros investissement.

Oui, oui. Non, pas de travaux. Et donc, ben de l’après-midi voilà ça a cogité énormément puisque c’est le premier achat et puis c’est quand même des grosses sommes, des gros montants et je lui ai fait une offre dans l’après-midi tout de suite.

Et alors, il me semble que t’achètes avec ta femme ?

Oui.

Et ta femme, enceinte jusqu’au cou, elle est pas venue à la visite avec toi si j’ai bien compris.

Non, elle est pas venue à la visite. J’ai su la convaincre et puis je pense qu’aussi à force de regarder vos vidéos, elle a dû entendre aussi des choses et elle a dû se dire bon il est accompagné, on peut y aller.

D’accord. Elle s’est sentie rassurée par le fait que tu te formes et ça l’a aidée à la convaincre.

C’est ça, elle dit pas il fait pas n’importe quoi, il est pas parti comme ça.

La fleur au fusil, etc.

C’est ça.

Ça marche.

Et donc cette offre, tu lui as fait par téléphone.

Donc je lui ai fait par téléphone. Il m’a envoyé son mail, je lui ai refait une offre par mail quand même pour avoir un semblant de trace. Et puis, comme j’étais le premier et que c’était au prix d’achat, il m’a dit ok, il m’a dit c’est bon, on y va.

Donc t’as acheté au prix. Sauf.

Voilà. Pas tout à fait.

Astuce, parce que derrière ce qu’il faut bien comprendre, c’est que Florian derrière lui il y avait plein d’autres visites qui étaient prévues. Déjà quand t’es arrivé, je crois il était au téléphone avec d’autres personnes intéressées.

C’est ça, il était déjà au téléphone en train de prévoir les prochaines visites. Et d’ailleurs dès que je suis sorti, il y avait déjà des personnes qui attendaient dehors pour la visite suivante.

Oui, d’accord.

Donc beaucoup de monde dessus.

Mais t’en es pas resté là pour l’anecdote.

Non, j’en suis pas resté là. Alors après, il a quand même fait les choses correctement, c’est-à-dire à partir du moment où il a accepté mon offre, il a supprimé l’annonce, parce que de toute façon.

Il a été réglo.

Son téléphone était saturé, il pouvait plus répondre.

D’accord, ok.

Et donc, ben, s’est enchaîné après les projets de compromis de vente et là il y a eu quelques allers-retours entre son notaire et le mien. Et donc on en a profité pendant ces allers-retours pour essayer d’avoir encore quelques milliers d’euros à gratter, ce qui fait qu’on a récupéré comme ça 7.500 euros.

Pas mal. Entre donc le moment où t’as fait l’offre par e-mail qu’il a acceptée et le moment où t’as signé le vrai compromis, t’as réussi encore à négocier 7.500 euros.

C’est ça.

Moi, il y a un point que j’ai envie de souligner, et je sais que beaucoup d’entre nous, beaucoup de gens qui vont nous regarder sont dans la même situation, c’est j’ai pas le temps. J’ai pas le temps de faire de l’immobilier. J’ai pas le temps de visiter, etc. T’as partagé tout à l’heure avec nous que tu travaillais énormément, que t’étais à plus de 40 heures par semaine. Comment t’as fait justement, est-ce que t’as des techniques pour les gens, des astuces pour les gens qui nous regardent qui eux aussi sont dans la même situation que toi et qui ont du mal à trouver du temps ?

Comment tu t’es organisé en fait ?

Oui. À un moment, le temps il faut le prendre quand même hein. Toutes les journées c’est 24 heures pour tout le monde. Le soir, il faut quand même se forcer un petit peu à regarder les annonces, à suivre ce qui se passe, et après il faut profiter du week-end pour faire les visites. Moi, c’est sur une journée de samedi où tout s’est fait.

D’accord, ok. Et t’avais partagé aussi je crois une astuce avec nous sur le fait de.

Alors oui, voilà, moi je prends des congés hein comme tout le monde. Donc comme ma femme est enseignante, je prends les vacances scolaires, donc ça c’est un choix. Mais je profite de ces semaines de vacances pour vraiment là relancer on va dire la machine, relancer les agents immobiliers, etc. et là profiter pour enchaîner les visites.

D’accord. Juste avant tu planifies une semaine de vacances.

C’est ça.

Juste avant on va dire quoi, une semaine avant ?

C’est ça. La semaine d’avant où je suis encore en train de travailler je vais relancer les agences pour leur demander s’ils ont des nouvelles entrées, des nouveaux mandats, etc. pour pouvoir planifier les visites la semaine suivante où je suis libre.

Et là, t’es dispo et tu visites.

Et là, j’enchaîne, oui.

Et c’est quoi l’avantage d’avoir par exemple une semaine de congés plutôt que de poser, tu pourrais très bien dire je pose mon vendredi par-ci, par-là, et comme ça j’ai un plus gros week-end.

Oui. Alors il y a quand même beaucoup d’aléas. Les agences vont pouvoir nous dire ben tel locataire est présent ou pas présent. Donc on peut avoir des fois des visites uniquement avec les parties communes et nous dire que le locataire est présent le lendemain. Et puis non, le lendemain ben je travaille en fait.

Ah, d’accord.

Donc voilà, une journée c’est compliqué. Vaut mieux prendre plusieurs jours d’affilée.

Oui. Une astuce en tout cas pour les immeubles, parce que ça va être une problématique que vous allez rencontrer, c’est vous allez avoir du mal à avoir tous les locataires en même temps. Là dans ton cas, c’est un immeuble de six appartements, donc il y a six étudiants, c’est compliqué d’avoir tous les étudiants au même moment. Ce que nous on recommande, c’est vous demandez à l’agence surtout combien de personnes seront présentes. Vous essayez d’en avoir le maximum possible. Si vous en voyez que trois sur six par exemple, ben c’est pas grave. Vous pouvez quand même vous positionner. Pendant la visite, vous demandez comment, dans quel état sont les appartements, est-ce que éventuellement il a des photos, etc. Il va pouvoir vous dire et vous pouvez faire une offre en précisant dans votre offre que il y a une réserve, sous réserve d’avoir visité tous les autres appartements.

Alors, ça c’est si c’est un immeuble qui est vendu loué. Il y a deux types d’immeubles. Vous avez aussi ceux qui sont vendus vides. Dans ce cas-là, c’est un peu plus simple d’aller visiter puisque c’est vide. Mais en faisant vos recherches, vous allez rapidement vous rendre compte que bien souvent c’est des immeubles qui sont vendus loués.

Toi, ça a été ton cas d’ailleurs.

Alors, ils étaient, les six ils étaient, et par contre comme ça a pris du temps, il y a eu des rotations pendant les signatures de compromis, et donc une autre astuce aussi c’est que j’en ai parlé avec le propriétaire, et donc il a réussi à relouer plus cher.

Ah, d’accord.

On s’est rapproché du 10 % encore, ce qui fait qu’aujourd’hui on est à 10 %.

On peut choisir les locataires, du coup vous avez fait comment, c’est lui qui a fait de son côté, vous avez vu ensemble ?

Oui. J’avais vu déjà donc les locataires qui étaient actuellement en place. Ils étaient quand même de bonne qualité. J’ai vu le logement aussi qui était de qualité, donc j’ai vu que c’était quelque chose qui faisait les choses bien, quelqu’un qui faisait les choses bien. Et donc non, je lui ai fait confiance. Je lui ai fait confiance, je l’ai laissé faire.

Tu ne regrettes pas aujourd’hui ?

Non, pas du tout.

Ça se passe bien ?

Très bien. Parfait.

Si je résume, t’as payé du coup 247.000 euros.

247.500 euros.

Exactement.

Et donc là, il y a pas de frais d’agence puisque vous étiez en direct.

C’est ça.

Combien tu génères de loyer hors charges avec cet immeuble ?

 Hors charges par mois : 2.070 euros.

2.070 euros. Et ta mensualité de crédit elle est à combien ?

Elle est de 1.200 euros.

1.200 euros. T’as emprunté sur combien d’années ?

22 ans.

Ok, 22 ans. Du coup, ça te laisse on va dire allez 800 euros plus après il faut encore déduire la partie taxe foncière, si tu as une femme de ménage, des choses comme ça.

L’assurance.

Voilà, exactement.

D’accord.

Ça marche. Alors du coup, ça te fait une rentabilité brute de ?

10 % tout rond.

C’est bien, bravo.

10 % sur un marché compliqué, bravo, sur un marché compliqué comme celui de Lille où, voilà, c’est plutôt 6, 7 % la rentabilité. Donc vous voyez, quand on sait chercher des bonnes affaires, on en trouve.

Une question pour Florian, c’est sur la partie financement. T’es propriétaire de ta résidence principale tu nous le disais tout à l’heure.

Tout à fait. Oui. Donc j’ai encore un crédit.

De combien d’années il te reste à payer ?

Il me reste plus de 15 ans. Je dois être à 16 ou 17 années.

D’accord. Et malgré ça, t’as réussi à emprunter.

Malgré ça, j’ai réussi à emprunter avec le même banquier d’ailleurs, dans la même banque. Je lui ai fait la belle proposition, le beau dossier. Il a vu les beaux chiffres et il y a pas eu de souci là-dessus.

Mais, il t’a demandé de l’apport, je suis sûr.

J’ai 700 euros d’apport.

Ah, quand même.

700 euros qui correspondent aux frais de dossier, voilà.

D’accord. Donc il t’a juste demandé les frais de dossier.

C’est ça.

T’as emprunté les frais de notaire.

110 %, les frais de notaire tout inclus.

Il voulait pas te faire sur 25 ans, c’est ça ?

Non. Il voulait pas 25 ans, c’était compliqué, il voulait de l’apport. À ce moment-là, il voulait un peu plus d’apport et d’apport assez conséquent, entre 20 et 30.000 euros si je partais sur 25 ans.

Mais là, il y a une astuce en étant sur 22 ans.

Alors, il y a une astuce, voilà. En étant sur 22 ans, au bout d’un an j’ai possibilité de moduler en mettant plus ou moins deux ans et sans frais supplémentaires. Donc je pourrais passer à 24 ans.

D’accord. Donc tu restes exactement aux mêmes conditions, le même taux, etc., etc.

Rien ne change.

Mais tu pourrais passer sur 24, à un an près t’es aux 25 que t’aurais voulu avoir.

Et du coup, ça te réduit ta mensualité et ça te génère encore plus de cash flow.

Voilà, c’est ça. C’est une petite réserve que je me garde pour l’avenir.

Ok. Et du coup, ça t’a pris combien de temps à peu près pour faire ce projet quand tu as commencé la formation, parce que ça c’est une question qu’on nous pose souvent, combien de temps ça va prendre de suivre la formation et de la mettre en œuvre. Est-ce que tu t’aurais une estimation à faire ?

Alors la formation, je pense que j’ai dû m’inscrire vers avril, avril-mai.

C’est ça.

Et finalement, en juin c’est là le premier déclic avec ce premier achat.

D’accord. Donc compromis.

Avril, mai, juin, en trois mois t’as signé ton premier compromis.

Et une dernière précision sur la partie financement. Est-ce que tu avais de l’épargne de côté ?

Alors, j’en avais un petit peu, mais pour être honnête pas grand-chose parce que avec la résidence principale tout l’apport que j’avais je l’ai mis dedans, donc je devais avoir peut-être 20.000 euros en grattant les fonds de tiroir.

D’accord, ok. Et je pense que tu gagnais pas non plus 10.000 euros par mois.

Ah non, non, loin de là, loin de là.

Ça marche.

Bon, aujourd’hui qu’est-ce que ça, on va dire ça a changé dans ta vie ben d’avoir fait ce premier pas dans l’immobilier ?

Ben, c’est quand même, il y a la confiance quand même qui est boostée. Il y a quand même l’ego qui est un peu flatté, on se dit on a réussi. Et puis, ça encourage pour la suite hein, le fait de se dire je l’ai fait une fois, c’est vrai ça marche, il y a pas de raison que ça marche une deuxième, troisième fois et ainsi de suite.

D’accord.

Là, t’as déjà repris les recherches en fait ?

Là, j’ai déjà repris. J’ai déjà des offres en cours. Bon, toutes ne passent pas hein, mais ça y est.

C’est le jeu.

Ah oui, c’est le jeu. Et puis là, on va continuer, oui.

Et pour ce premier achat d’immeuble, qu’est-ce qui t’a fait peur ? Tu vois, moi par exemple, le premier projet qu’on a fait c’était une coloc. C’est pas au moment de signer où j’ai eu peur parce que c’était presque comme si c’était pas mon argent. Mais au moment de trouver les premiers locataires, pour le coup nous c’était vide, ben là, j’ai eu peur de pas louer. Est-ce que toi il y a eu des moments dans le projet où t’as ressenti des peurs, quel genre de peurs, à quel moment ?

Alors c’est vrai, comme tu le dis l’argent comme il vient de la banque, on a l’impression de jouer avec l’argent des autre hein, mais au final il va falloir quand même le rembourser.

C’est sûr.

C’est ça. Après, non les craintes que j’ai eues c’est quand même toujours ce petit doute, est-ce que c’est vraiment possible de gagner de l’argent ? Est-ce que vraiment j’achète à ce prix-là, j’ai ces loyers-là qui reviennent ? Est-ce que vraiment ça va être rentable ?

De se planter sur les chiffres en fait.

Voilà. De se planter sur les chiffres. Donc je vous ai quand même proposé ce que j’avais hein, ce que j’avais comme proposition d’achat. Vous m’avez conforté et validé ces chiffres, ce qui m’a quand même rassuré et voilà, c’est pour ça que j’ai validé le projet.

Ok. Ben écoute, merci Florian.

Encore bravo. J’ai une dernière question pour toi. Pour les gens qui nous regardent et qui ont été jusqu’ici bravo. Et on va vous récompenser avec le meilleur conseil de Florian. Si t’avais un conseil à donner aux gens qui veulent faire comme toi, qui veulent se lancer dans l’immobilier, qu’est-ce que tu leur dirais à ces personnes ?

Un truc qui t’a vraiment servi sur ce premier projet. Ça peut même te sembler tout bête, mais c’est un truc où tu t’es dit ouais, ça heureusement que je l’ai fait quoi.

Ah ben, c’est le premier pas. Il y a un moment il faut y aller. Il faut se lancer. Il faut avancer pas à pas. Il faut pas remettre toujours à demain ce qu’on a sous le nez hein, il faut avancer. Il faut avancer, clairement.

Oui. Je trouve qu’il y a aussi un truc qui est hyper intéressant, c’est ton histoire de négo entre l’offre et le compromis, parce que souvent quand on a signé l’offre, on pense pas forcément à revenir sur le prix. Même nous, en général, on conseille d’aller plutôt sur obtenir des cadeaux, pas payer le prorata de ta concierge, ce genre de choses. Mais toi, ça c’était vraiment culotté quand même.

Oui, oui. Comme il y a eu beaucoup d’allers-retours, finalement la durée fait qu’il était de plus en plus engagé, qu’il avait du mal à revenir en arrière. Et donc, j’ai profité un peu de la situation, clairement, pour gratter quelques milliers d’euros.

C’est normal. Écoute, merci Florian. Si vous aussi vous voulez apprendre à investir dans les immeubles avec la stratégie des immeubles, on vous a préparé un cadeau, une série de vidéos. Pour la télécharger c’est super simple, vous cliquez sur le bouton qui apparaît juste en dessous de cette vidéo. Vous rentrez votre e-mail et vous allez recevoir ça directement dans votre boîte mail. Comme on le dit souvent, Florian, l’aventure continue, à demain.

2 réponses sur “Etude de Cas : 2070€/mois en 3 mois”

  1. L’etude de cas est interessante mais comment fait florian, pour ne pas payer d’impot ou peu…et de prelevement sociaux ? Sci avec sa conjointe…
    Merci,
    Dimitri

    1. Bonsoir Dimitri,

      Florian dépend du statut LMNP et dans ce cadre il va pouvoir profiter des amortissements et déduire les intérêts d’emprunt plus toutes les charges d »exploitation.

      A bientôt.
      L’aventure continue
      Manu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.