Comme de nombreux Français, vous envisagez d’investir dans la pierre pour vous constituer un patrimoine et assurer une retraite dorée. Je ne peux que vous en féliciter. L’investissement immobilier est une aventure intéressante et surprenante à tout point de vue. De plus, si vous savez comment bien choisir le bien immobilier, vous pouvez rentabiliser rapidement votre investissement. Toutefois, vous hésitez entre investir en nom propre ou via une SCI ou société civile immobilière. Il faut dire que l’une comme l’autre option présente ses avantages et ses inconvénients. Après, tout dépend de votre situation personnelle, de vos finances et de ce que vous attendez de cet investissement. Néanmoins, cet article vous aide à faire votre choix, en toute connaissance de cause.

Acheter un immeuble en SCI : les pour et les contre

La SCI est une société de personnes composée d’au moins deux associés. À ce titre, elle ne peut pas être unipersonnelle. Il s’agit d’une structure sociétale très plébiscitée par les couples et les familles pour faire des investissements immobiliers.

Les avantages de créer une SCI pour investir dans un immeuble

L’achat d’un immeuble de rapport via une SCI s’impose pour les investisseurs qui souhaitent acheter en commun des biens immobiliers et les héritiers qui veulent contourner l’indivision. Dans tous les cas, la création d’une SCI permet de tirer profit de nombreux avantages :

  • Associer tous les membres de la famille à l’investissement, y compris les enfants mineurs).
  • Multiplier les investissements : acheter un immeuble de rapport en SCI permet d’augmenter les chances d’obtenir un crédit immobilier. Et pour cause, les banques sont plus enclines à prêter à une société qu’à un particulier. De plus, investir à plusieurs permet d’augmenter la capacité d’endettement. Grâce à une SCI, vous pouvez donc acquérir un immeuble de rapport qui n’aurait peut-être pas été à votre portée si vous aviez investi à votre nom propre.
  • Faciliter la transmission : les parents peuvent donner la nue-propriété à leurs enfants grâce à des donations successives et garder l’usufruit. De cette façon, l’impôt est calculé sur la base des parts sociales, et non pas sur la base de la valeur de l’immeuble. Par ailleurs, cette technique permet également de diminuer les droits de succession en cas de décès des parents puisque les héritiers sont redevables uniquement des droits de l’usufruit.
  • Préserver l’intégralité du patrimoine en cas de succession ou de donation : le bien n’est pas divisé entre les héritiers, mais appartient à la SCI. De ce fait, chaque associé détient des parts sociales dans la société, et non des parts dans l’immeuble.
  • Faciliter la gestion de l’immeuble : en cas d’investissement locatif, vous n’êtes pas impliqué personnellement dans vos relations avec les locataires.
  • Possibilité de choisir entre l’impôt sur le revenu (IR) et l’impôt sur les sociétés (IS). La SCI est soumise de plein droit à l’IR (régime microfoncier ou réel en fonction du montant des revenus bruts de l’associé). Dans l’un ou l’autre cas, vous bénéficiez d’une imposition allégée puisque soit vous n’êtes imposés que sur 70 % de vos revenus fonciers (le revenu net imposable est calculé après un abattement de 30 % en microfoncier), soit vous bénéficiez d’une déduction de vos frais (régime réel). Les charges déductibles sont : les impôts fonciers, les frais de réparation, d’amélioration et d’entretien, les frais de gestion, l’assurance, etc. Toutefois, la SCI peut choisir d’être imposée à l’IS, mais sachez qu’en cas de location meublée, la SCI y est imposée de plein droit. Cela veut dire que ce sont les bénéfices de la SCI qui sont imposés.
  • Si vous achetez en couple, mais que vous n’êtes pas marié ou êtes marié sous le régime de la séparation des biens, ou encore si vous êtes liés par un PACS, la SCI permet au conjoint survivant de sécuriser sa situation vis-à-vis des héritiers du conjoint décédé puisque ceux-ci ne peuvent pas le déloger.

Quid des inconvénients

À côté de ces avantages, la SCI présente également des inconvénients.

  • La SCI est une société. De ce fait, investir via une SCI vous impose d’accomplir toutes les démarches de création d’une personne morale dans les délais légaux. Bien entendu, cela n’est pas gratuit. De plus, cela exige une certaine connaissance des formalités administratives. En plus des frais de création, d’autres frais sont donc à prévoir, entre autres les frais de notaire ou autre professionnel pour la rédaction des statuts.
  • En tant que société, la SCI est soumise au respect de certaines obligations : tenue d’une assemblée générale ordinaire annuelle, dépôt et publication des comptes annuels, tenue d’une comptabilité, nomination de gérant, etc.
  • Les associés sont indéfiniment responsables des dettes de la société à hauteur de leur quote-part dans le capital social de la société civile immobilière.

Investir en nom propre : pourquoi choisir cette option ?

Investir en nom propre, c’est détenir à titre individuel un bien immobilier. Cela veut dire que vous êtes le seul maître à bord et que vous décidez seul de ce que vous allez faire de votre acquisition. Attention, cela veut aussi dire que vous êtes le seul à rembourser les mensualités de votre emprunt. De ce fait, il est primordial d’acheter un immeuble de rapport au rendement locatif élevé afin de booster la rentabilité de votre investissement.

L’achat en nom propre est une solution qui s’adresse aussi bien à un célibataire qu’à un couple marié (sous le régime de la communauté ou de la séparation des biens), non marié ou pacsé. Dans ces derniers cas, chaque époux est propriétaire du bien à parts égales ou selon une proportion définie dans l’acte de vente, ou encore à hauteur de son apport financier. Toutefois, pour des concubins ou des couples non mariés, l’achat en nom propre les soumet au régime de l’indivision avec tous les inconvénients qui en découlent.

Acheter un immeuble de rapport présente de nombreux avantages. Entre autres, cette alternative permet de bénéficier de prêts bancaires à taux bas, pour ne citer que le prêt à taux zéro et les prêts conventionnés. Par ailleurs grâce au PEL ou plan épargne logement, vous pouvez profiter d’un prêt épargne logement à taux préférentiel. Vous pouvez également investir en loi Pinel et profiter des nombreux avantages que cela apporte.

Share This