En tant qu’investisseur immobilier, vous devez avoir de bonnes capacités à négocier pour optimiser vos achats. Une fois que vous avez déniché une affaire qui rapporte, vous devez donc savoir maîtriser toutes les techniques de négociation pour en tirer le maximum de profit. Ainsi, la négociation est une étape importante dans l’achat immobilier. Pour vous aider dans ce sens, je vous ai réuni ici quelques conseils essentiels sur la manière de gérer vos prochaines négociations immobilières. Alors, si vous envisagez d’acheter un bien immobilier, suivez le guide.

Évaluer et se renseigner sur la négociabilité avant l’achat

Pour réussir une négociation immobilière, la première étape est de chercher un bien qui soit susceptible de vous intéresser. Ce n’est qu’après cela que vous allez déterminer si le prix est négociable à la baisse ou non. En effet, le principe de la négociation est de faire diminuer le prix alors, il faut avant tout que le propriétaire soit ouvert à la négociation. Pour définir si le prix d’un bien est négociable, certains éléments sont à prendre en compte notamment s’il nécessite des travaux, comporte des défauts, si le prix est sur-coté ou s’il est mis en vente depuis longtemps… Ici, le principe est de détecter et de mettre en évidence les points négatifs du bien afin d’argumenter la négociation demandée.

Les raisons de faire une négociation sont nombreuses surtout quand vous achetez un bien locatif ancien. En effet, ceux qui choisissent cette option ont généralement un budget bien défini et les biens présentent souvent des défauts. Vous devrez souvent faire des travaux de rénovations et c’est sur ce point que vous devez insister pour inciter les propriétaires à baisser le prix. Cependant, il faut savoir que même s’il est possible de négocier le prix, une offre basse n’est pas toujours acceptée. Ainsi, il faut définir des marges de négociations selon le marché, les demandes du vendeur et si besoin, les conseils d’un agent immobilier.

À noter toutefois que pour conclure un accord, il faut que chacune des parties concernées fasse preuve de souplesse. Ainsi, même si vous constatez que le prix est négociable, vous devez toujours être prêt à faire des compromis.

Mettre en œuvre une stratégie précise pour préparer la négociation

Lorsque vous êtes sûr de pouvoir discuter le prix, vous devez maintenant fixer une limite de prix maximal. En effet, si vous avez défini un prix plancher, il vous sera plus facile de gérer vos négociations immobilières. Pour avoir une estimation de prix plancher, n’hésitez pas à faire une ou plusieurs visites avec des spécialistes comme des artisans ou des architectes et de leur demander un devis détaillé. Après cela, vous n’aurez plus qu’à définir une marge de négociation, en fonction de votre budget et les cours du marché immobilier. Notez que la marge est d’environ 4% sur le territoire français, mais vous pouvez obtenir 20%, 30% de baisse si vous savez bien négocier et selon l’ampleur des travaux à faire.

Pour réussir une négociation immobilière, vous devez bien structurer une démarche avec des arguments concrets. Le principe, c’est de démontrer au propriétaire que le bien immobilier vaut moins que le prix de mise en vente et pour y arriver, vous devez savoir persuader le vendeur.

Afin de préparer au mieux vos arguments, je vous conseille de faire une check-list des questions concernant les éventuelles dépenses liées à la remise en état du bien immobilier dont vous souhaitez faire une offre d’achat. Ces questions vous aideront à faire une étude chiffrée de la négociation, mais aussi d’analyser la situation du vendeur vis-à-vis du montant de mise en vente. Pour vous aider, voici quelques questions types à poser pour bien préparer une négociation immobilière :

  • Depuis combien de temps le bien est-il mis en vente ?
  • Quelles sont les charges de copropriété et le coût mensuel ?
  • Des travaux sont-ils à prévoir ? Si oui, quels sont-ils et quels sont leurs coûts ?
  • Existent-ils des anomalies dans les diagnostics immobiliers ?
  • Quel est le montant du dernier loyer ?
  • Il y a t-il eu des vacances locatives ?

Si vous avez pris la peine de poser toutes ces questions lors de votre négociation, vous aurez toutes les chances de bien négocier le prix et de prévoir le coût de votre crédit immobilier. Cependant, en tant qu’acheteur, vous devez être à l’écoute du vendeur dans le cadre d’une négociation immobilière, car vous ne devrez négliger aucun détail pour pouvoir faire baisser le prix. Pour ne pas vous tromper, méfiez-vous des déclarations définitives comme « vous avez tort », mais orientez plutôt les débats vers une remise en question. En effet, si vous arrivez à convaincre le vendeur de remettre en question ses propres convictions, il pourra avoir un esprit plus ouvert à une négociation.

Quelques conseils pour réussir une négociation immobilière

Négocier le prix de vente d’une maison est une étape délicate. Pour le réussir, voici quelques conseils pour vous préparer efficacement :

  • Toujours définir un prix plancher et s’appuyer sur votre budget en connaissance de cause : c’est une étape importante dans votre projet immobilier, car si des travaux sont à prévoir, vous aurez plus de marge de négociation. De plus, vous aurez la possibilité de les intégrer à votre prêt immobilier avant la signature de l’acte de vente.
  • Vous informer sur le marché local et ses caractéristiques : c’est ce qui va déterminer le prix de la vente immobilière. Pour se faire, comparez les offres existantes en vous basant sur les annonces publiées sur internet ou auprès d’une agence immobilière et un notaire.
  • Pensez à bien préparer vos arguments et concessions : je vous conseille de lister toutes les questions à poser et les réponses du vendeur pour ne rien oublier. Pendant le débat, ajustez vos idées selon la situation de manière à avoir une argumentation organisée et logique. Ainsi, vous aurez l’occasion de déterminer en détail toutes les raisons valables pour faire baisser le prix. Si possible, apportez des preuves écrites pour appuyer vos idées lors de la négociation : un devis, des annonces immobilières dans le même secteur, mais à des prix moins élevés…

Share This