La retraite est un sujet de préoccupation qui touche de nombreux Français. En effet, on se doit de la préparer pour faire face au moment où on ne gagnera plus de salaire tous les mois. Certes, il y a encore la pension, mais pour beaucoup, elle n’est pas suffisante, elle devient même incertaine avec la nouvelle réforme. La solution que je vous propose donc pour garantir vos beaux jours est l’immobilier. Se constituer une retraite avec l’immobilier est même une alternative de plus en plus plébiscitée.

Préparer sa retraite avec l’immobilier : comment ça ?

Être propriétaire de sa résidence principale ou d’un bien immobilier présente de nombreux avantages. C’est encore plus vrai lorsque vous n’allez plus avoir de sources de revenus venant de votre dernier travail. Le logement constitue effectivement une des principales sources de dépenses d’un ménage. Ce dernier peut ainsi avoir à payer un loyer ou rembourser un prêt immobilier. En ayant la pleine possession de l’habitation occupée au moment de la retraite, vous faites par conséquent moins de dépenses concernant le logement. Il ne reste en effet que les taxes, impôts et fournitures en énergie à régler.

Toutefois, réduire vos dépenses est susceptible de ne pas suffire si vous avez envie de déménager plus tard ou devez y faire quelques aménagements par rapport à votre âge. C’est pourquoi je vous propose de générer des revenus supplémentaires à votre retraite avec l’investissement immobilier locatif. Il s’agit de faire l’acquisition d’un immeuble dans le but de louer ses appartements et d’en percevoir les loyers. Il est aussi possible de le vendre sous forme de capital. Cet investissement est de plus cumulable avec le fait de devenir propriétaire de son bien. Dépenser moins et gagner plus, voilà la promesse de la préparation de la retraite avec l’immobilier !

Se constituer une retraite avec l'immobilier

Savoir faire face à la diminution de revenus

La retraite s’accompagne évidemment d’une baisse de revenus. C’est pourquoi je conseille de s’y préparer plusieurs années en avance lorsque la santé financière est encore au beau fixe. Je ne dis pas qu’il faut être plein aux as pour investir dans le locatif. Être stable financièrement suffit pour éventuellement demander un prêt immobilier auprès d’un organisme de crédit. Demander un tel crédit avant d’atteindre l’âge de la retraite est aussi la garantie de le rembourser avant la baisse des revenus. De plus, vous pouvez vous servir des loyers perçus pour rembourser les mensualités.

Afin d’anticiper totalement vos capacités futures de remboursement dès le financement de votre bien immobilier à loyer, vous devez :

  • Négocier le non-paiement de pénalités de remboursement anticipé. De cette manière, vous pouvez solder votre prêt sans frais ou encore réduire vos dettes et pour faire baisser vos dernières mensualités.
  • Prévoir une durée de remboursement du crédit immobilier dont l’échéance sera avant votre passage à la retraite. De fait, plus vite le crédit sera remboursé, plus vite vous pourrez profiter de la totalité des revenus générés par votre bien en location.
  • Vous assurer contre les risques de non-paiement des loyers. En étant paré de la sorte, vous ferez efficacement face à une diminution de vos revenus.

Constitution de retraite avec l’immobilier locatif : faut-il choisir la location meublée ou non meublée ?

La perception de loyers sur un bien donne accès à certains avantages fiscaux. Ceux-ci varient selon qu’il s’agisse d’une location meublée ou d’une location nue. Dès lors, pour constituer votre retraite au mieux, il convient de connaître ces deux cas de figure.

Location meublée

Une location meublée est un logement dont le loueur met des meubles indispensables à disposition du locataire. Ces meubles sont là pour permettre à ce dernier d’occuper les lieux normalement dès son arrivée. En effet, il ne doit apporter que ses effets personnels. Les meubles qui doivent être présents dans une location meublée sont listés par l’État, il s’agit de :

  • Une literie,
  • Une table,
  • Des sièges,
  • Des étagères de rangement,
  • Des luminaires,
  • Du matériel d’entretien,
  • Un four ou un micro-ondes,
  • Des plaques de cuisson,
  • Un réfrigérateur et un congélateur,
  • Des ustensiles de cuisine,
  • Des assiettes, couverts et verres.

L’avantage d’une location meublée, c’est sa possibilité de fixer un bail court (un an minimum) et une facilité de récupération si on souhaite la revendre ou y vivre. Avec cette option, vous pouvez choisir entre le régime micro-BIC et le régime réel. Le régime micro-BIC ou régime forfaitaire permet de profiter d’un abattement de 50 % sur les recettes à condition que les revenus ne dépassent pas 70 000 €.

Quant au régime réel, il s’applique suite à une demande auprès du fisc si les recettes sont inférieures à 70 000 € ou si elles dépassent ce seuil. Les revenus générés par la location meublée sont alors déduits de l’ensemble des charges (taxes, frais de gestion, travaux de rénovation, entretien, etc.) et des amortissements. Vous réduisez donc vos revenus et vos impôts.

Location non meublée

Avec la location vide ou non meublée, selon les cas, vous relèverez du régime micro-foncier ou du régime réel. Avec le régime micro-foncier, l’abattement sur les loyers est égal à 30 % et vous êtes imposable à 70 %. Pour en bénéficier, il faut que les loyers ne dépassent pas les 15 000 € par an. Par contre, avec le régime micro-foncier, certaines dépenses comme les travaux ne peuvent être déduites de vos loyers. Si vos charges dépassent l’abattement de 30 %, je vous conseille d’opter pour le régime réel. Dans tous les cas, vous vous engagerez pour trois ans de location.

Le régime réel pour la location non meublée fait diminuer plusieurs dépenses des loyers lorsqu’ils sont déclarés au fisc. Ainsi, votre imposition sera réduite. Choisissez ce mode d’imposition si vous percevez moins de 15 000 € de loyers par an. Au-delà de ce chiffre, le régime réel s’appliquera de manière automatique.

Pour conclure, je dirais une fois de plus que se constituer une retraite avec l’immobilier est un bon moyen de se préparer à une baisse de revenus. Comme tout projet, il convient néanmoins d’effectuer une étude de celui-ci avant d’investir une partie de ses économies.

Share This