Comment faire une étude de marché pour la location courte durée dans un immeuble

Téléchargez notre formation : Les 8 secrets des investisseurs gagnants

Comment faire une étude de marché pour la location courte durée dans votre immeuble

Comment faire une étude de marché pour de la location courte durée dans votre immeuble ?

Salut, c’est Simon et Manu du site « Acheter-un-immeuble.fr ». Aujourd’hui, on a la chance de recevoir notre ami Loïc Cardin

Alors, d’abord aujourd’hui, il faut vous abonner parce que vous allez recevoir en avant-première toutes nos prochaines vidéos. Loïc, pour ceux qui te connaîtraient pas, est-ce que tu peux te présenter ?

C’est possible, oui pas de souci. Donc Loïc Cardin. J’ai une chaîne YouTube, Loïc Cardin. Je vous remercierai de mettre.

Je vous remercierai de bien vouloir mettre le lien.

Je suis investisseur immobilier et je suis entrepreneur.

Spécialiste de la courte durée aussi.

Oui oui, tout à fait, exactement. J’ai fait pas mal d’investissements courte durée, j’ai fait beaucoup de vidéos sur le sujet. C’est vrai que c’est un petit peu l’angle d’attaque que j’avais choisi sur Internet tout simplement, parce que voilà il y avait de choses, vraiment des choses à dire, des choses que j’avais pas forcément découvertes moi au moment où j’ai commencé à mettre en place de la courte durée que j’avais envie de partager. Donc c’est ce que j’ai fait à travers ma chaîne.

D’accord. Alors vous nous avez suivi un petit peu sur ces derniers mois, on était pas en France. On a voyagé pendant six mois en Amérique latine de Cuba à Ushuaia. Là, on vient de rentrer, et forcément on est dans les starting-blocks pour de l’immobilier, on veut réinvestir. Et l’idée pour nous en 2019, c’est de trouver un immeuble rentable et de faire de la location courte durée dedans. Et c’est comme ça qu’on s’est retrouvés à poser cette question à Loïc, Loïc, bah comment on fait une étude marché pour de la location courte durée dans un immeuble ?

Alors déjà ce qui est important, c’est de préciser pourquoi c’est important de faire votre étude de marché, effectivement. D’ailleurs, j’ai posté une vidéo il y a pas longtemps « pour quoi faire une étude de marché ne sert à rien ».

D’accord, ok, super.

Mais pas dans le cas de la location courte durée. Je parlais business physique et business en ligne, etc. Mais effectivement, faire une étude de marché sur l’immobilier pour moi c’est essentiel, complètement d’accord avec vous.

Ok, tu me rassures.

Parce que bon, se lancer n’importe comment, en fait je trouve qu’il y a un peu deux types de personnes dans la vie. T’as des gens qui sont soit trop étude de marché.

Et ça les bloque.

Voilà, ils se prennent trop la tête et il faut pas aller trop loin non plus, mais on va en parler un petit peu après. Et puis des gens qui sont aussi trop fonceurs, et ça c’est vraiment dangereux parce que toutes les villes se prêtent pas à faire de la location courte durée, même si il y a aujourd’hui Airbnb arrive à être bien rentable dans beaucoup. Alors je dirais Airbnb parce que c’est souvent le terme qui est repris pour citer ça, mais on est d’accord qu’il y a pas que ce site aujourd’hui. Mais en gros, louer en courte durée c’est quelque chose qui peut se faire dans énormément de villes, mais on aura pas les mêmes rentabilités sur la ville. Et l’idée c’est d’aller plus loin, c’est pas juste de dire je trouve une ville où c’est rentable, parce que sinon je vais dire que même dans le fin fond de la Creuse quand tu fais de la location courte durée t’arrives à avoir une rentabilité, mais c’est rentable, mais ça va être rentable aussi en sous-traitant, en pouvant payer quelqu’un parce ça gagne réellement de l’argent et voilà, c’est d’aller un petit peu plus loin dans cet état d’esprit.

Donc l’étude de marché ça permet de valider deux choses : premièrement l’emplacement, la ville et deux la rentabilité, le niveau de rentabilité que vous allez obtenir.

Alors, avant même d’ailleurs de parler d’étude de marché, on peut parler un tout petit peu de cette dimension de bien. Parce qu’en fait, il y a une chose que je me suis rendu compte à travers tous les gens que j’ai pu accompagner au fur et à mesure du temps, c’est que si on privilégie des biens trop petits, ben en fait c’est plus compliqué. Surtout que je pense que chacun l’a vu, il y a de plus en plus d’appartements. Chaque mois dans toutes les villes de France, il y a toujours des nouveaux appartements qui sortent, donc il y a une concurrence qui est plus accrue. Donc une concurrence plus accrue fait qu’il faut toujours plus se différencier.

Tout à fait.

Ce que je disais il y a déjà deux ans qu’il fallait se différencier, c’est encore plus vrai en 2018, ça le sera encore plus en 2019. Et donc pour se différencier, il y a déjà une première chose en termes de rentabilité, c’est la dimension du bien, comme je le disais. C’est-à-dire que si on fait des biens trop petits, des biens avec canapé-lit, des choses comme ça, pour moi il faut complètement les éliminer aujourd’hui, parce que la qualité perçue est pas suffisamment importante, et l’idéal en 2019 je dirais que c’est le T2 en termes de dimensions de biens qui s’y prêtent bien. Ça permet de pouvoir rentrer à la fois des familles, de pas être forcément en concurrence avec des hôtels, parce que eux ils vont pas forcément être capables de donner une prestation qui va bien pour quatre personnes.

Tu parles de rentabilité et de dimensions de biens, mais en location courte durée c’est quoi une ville rentable ?

Alors ce qu’il faut se poser comme question, c’est est-ce qu’il y a du mouvement dans ma ville déjà, c’est la première chose parce que forcément une ville, plus il va y avoir de mouvement dans une ville, plus on va avoir de demandes. Mais c’est bien beau de le dire comme ça, mais c’est pas juste parce qu’on pense qu’il y a du mouvement qu’il y en a. Donc il y a une chose qui marche bien, c’est de commencer par Wikipédia tout simplement quand on a un petit peu visualisé une ville. Alors il y a des règles de base qui marchent à tous les coups. Plus de 100.000 habitants par exemple, on est sûr qu’il y a suffisamment de mouvement, ça ça va bien. Et après, on va expliquer comment on peut vérifier cette info-là. Mais déjà à plus de 100.000, on a pas forcément besoin d’aller sur Wikipédia. On aura d’autres outils qu’on va pouvoir utiliser directement. Et si on est à moins de 100.000 habitants, ça va être de vérifier avec Wikipédia quels les points d’intérêt. En fait, on a deux typologies de clientèle particulière qu’on va avoir, qu’on va retrouver le plus, qui vont nous rentabiliser les biens. Ça va être les clientèles d’affaires et les clientèles de tourisme. Après, il y a une troisième typologie de clientèle qu’on a qui sont des gens qui ont des besoins de mouvement par exemple pour voir la famille ou des choses comme ça, qui sont un petit peu différents. Mais ça en gros, c’est la petite cerise sur le gâteau, c’est pas sur eux qu’on va miser le plus, parce que ça va être plus saisonnier. Ça va être dans des moments de l’année, Noël et voilà. Donc clientèle d’affaires, touristes. Si on a les deux c’est l’idéal effectivement puisque en gros quand l’un est pas là l’autre sera là et inversement, ça va compenser. Et sinon au moins un des deux va nous permettre de toute façon de remplir. Donc première chose où on peut aller, c’est sur Wikipédia pour se rendre compte quels sont les points d’intérêt comme je disais. Ensuite, on a quelque chose qui est souvent un petit peu ignoré, c’est Google. Quand on va faire une recherche sur les articles qui sortent, comme par exemple on va taper tourisme, des fois il y a des vraies études vraiment importantes qui sont effectuées par les villes, et on est scotché. Par exemple, je pense à une personne qui fait partie de mes programmes qui investit sur Valenciennes. Valenciennes, c’est pas une ville au premier abord où on se dirait on va trop faire de la location de courte durée parce que.

Il y a pas mal d’entreprises quand même.

Il y a des entreprises exactement. Et en fait, il y avait tout simplement, on était tombé, il était tombé sur un article qui avait bien accentué les choses. Il y a pas que ça sur lequel il s’est basé, mais il y avait un Appart’Hôtel dans la ville qui était trop petit, qui était plein tout le temps et qui avait été interviewé qui disait on va refaire cinquante nouvelles chambres.

Waouh.

T’imagines bien, quand tu fais cinquante nouveaux appartements. Donc forcément, si dans ta ville il y a une structure qui fait cinquante nouveaux appartements, toi t’as qu’un appartement ou trois appartements, enfin voilà en tout cas beaucoup moins à remplir, tu te doutes bien que déjà si ces gens-là font ce type d’investissement, c’est qu’il y a.

Une demande.

Exactement. Donc ça c’est la partie Wikipédia centre d’intérêt. Après, il y a quelque chose aussi c’est les chaînes d’hôtel qui vont forcément avoir fait les études de marché relativement poussées. En général, on construit pas un hôtel avec trois cents chambres.

Sur une idée.

Sur une idée, voilà. Donc ça, c’est quelque chose qui peut aussi être validé.

Comment on les retrouve ces études de marché faites par les hôtels ?

Alors, on n’aura pas l’étude de marché directement. Par contre, il y a un petit hack qui marche pas mal. Alors celui-ci, je le tiens même pas de moi, c’est un des membres de mes programmes qui l’a fait il y a pas longtemps.

Mettez un like pour avoir le hack de Loïc.

Il est même pas encore dans mon programme. Je vais le rajouter bientôt.

Avant-première.

Avant-première sur cette vidéo. En fait, il a fait un truc tout simple, c’est qu’il a attrapé les hôtels de sa ville, et puis il a expliqué qu’il était en études d’hôtellerie, qu’il avait un dossier à réaliser et que il avait besoin de savoir quelle était à peu près leur taux de remplissage pour pouvoir aller, pour pouvoir remplir ce dossier.

Pour faire un exposé.

Voilà, il y avait quatre hôtels. Il y en a trois qui ont répondu, un qui n’était pas d’accord pour lui répondre, après ça c’est pas méchant. Mais en tout cas, les trois qui lui ont répondu lui ont donné leur taux de remplissage et surtout les périodes de l’année. Parce que à la limite un taux de remplissage même si un hôtel est qu’à 60 % dans ta ville, c’est pas forcément quelque chose d’incohérent parce que il va, en fait lui il va avoir beaucoup de chambres à remplir. Toi, c’est un petit peu différent, t’as un appartement. Mais par contre, si c’est 60 % parce que il y a 40 % du temps qui n’est pas rempli du tout, là c’est problématique. Si c’est 60 % lissés sur l’année et que toute l’année il a des voyageurs, bah là c’est très positif.

D’accord. Appelez, vous prenez votre annuaire, vous regardez votre zone, votre ville, vous regardez les hôtels, donc les chaînes Ibis.

Les grandes chaînes.

Exactement.

Les Formule 1, je sais pas.

Où même des plus petits hôtels, s’ils trouvent un petit hôtel.

Hôtel particulier.

Hôtel particulier, aucun souci. L’important, c’est juste de voir les professionnels du tourisme ce qu’ils peuvent rentrer. Alors ça, c’est un petit hack que je mets en plus, mais il y a un outil qui est quand même encore plus puissant pour vraiment vérifier qui s’appelle AirDNA et qui là va nous permettre en fait vraiment d’avoir de la data plus proche de nous exactement dans notre cœur de cible qui est en fait Airbnb. C’est-à-dire qu’en gros ils font l’analyse d’Airbnb, des taux d’occupation, etc. Alors, il y a des versions payantes qui sont hors de prix, mais déjà avec la version gratuite on a la possibilité d’avoir certaines infos qui sont bien intéressantes. En fait, ce qu’il faut se dire sur AirDNA par contre, c’est quand on voit les montants, parce que tu as un montant locatif qui t’es donné mensuel, il faut se dire que c’est le montant minimum sur lequel on va travailler. Parce qu’il faut bien se rendre compte que sur AirDNA, on a aussi bien des chambres, on a aussi bien des gens qui louent leur propre appartement et on a aussi beaucoup de gens qui n’ont pas optimisé. Et je ne vais pas rentrer dans le détail de l’exploitation, mais il faut faire des biens qui soient assez haut de gamme, etc. etc. Mais en tout cas, si on a fait un bien qui est dans le haut du panier, on fera largement ce que fait AirDNA, donc voilà.

Sur la nouvelle ville où on va investir, je t’avais appelé, de toute façon je t’avais dit voilà, on y pense et tout. Et donc tu m’avais donné ce site AirDNA. On met le lien dans la description. Et j’avais dit oui mais attends, 35 euros la nuit, comment je fais pour vivre avec ça ? En gros, j’avais fait le calcul. Tu m’avais donné donc la règle c’était combien de nuits minimum tu me recommandais de prendre un peu 

En gros, 10 nuits, 11 nuits, puisqu’on est rentable avec 10, 11 nuits on est pas mal.

D’accord. Donc on prend, je prenais 10 nuits, je multipliais par le prix, c’est le prix moyen je crois qu’il y a sur AirDNA ?

Oui, c’est ça exactement.

Et ça me donnait un loyer, mais sauf que par rapport à la location classique il y avait quasiment pas de différence. Mais c’est là que tu m’as expliqué, mais non, ça c’est vraiment le prix minimum. Il faut au moins que tu tapes sur du haut de gamme pour pouvoir facturer plus cher, plus les frais de ménage, etc. Et là, en effet, la ville devenait beaucoup plus intéressante.

Est-ce qu’il y a d’autres outils que AirDNA ?

En réalité après, puisque la problématique de la courte durée c’est pas tout à fait comme de la location classique, c’est-à-dire qu’il y a aujourd’hui il y a encore, enfin on a toujours une petite part, une toute petite part de flou, même si on a vérifié avec un maximum de choses. Donc en fait, c’est plutôt on va mettre plusieurs étapes les unes derrière les autres pour pouvoir valider ce process. C’est-à-dire que moi j’ai plus de 150 personnes qui ont fait cette étude un petit peu comme je vous l’explique là, donc si tu veux on peut valider aujourd’hui ce process comme quelque chose qui fonctionne. Mais effectivement, on a pas une data qui nous dit ah c’est formidable, on fera 2.500 euros par mois sur l’appartement, ça on l’a, on a le chiffre final réellement à l’exploitation.

Bien sûr.

Et aussi dans la manière de faire, c’est-à-dire que je vois beaucoup de gens qui se disent ah ben ma ville, j’ai vu qu’il y avait de la demande, c’est super. Et puis au moment d’exploiter, ben en fait ils s’arrêtent là. Ils vont juste mettre le bien sur Airbnb et puis ils disent ah ben non, j’ai rempli que 12 nuits, mais qu’est-ce qui se passe ? Et en réalité, il faut aussi dans l’exploitation avoir aussi une stratégie qui soit tout aussi complète que quand on va faire notre étude de marché. Donc le dernier point moi pour valider, pour terminer de valider, c’est plus un état d’esprit de sécuriser notre investissement et aussi de vérifier une demande, c’est que moi j’affectionne la location moyenne durée. C’est-à-dire le fait de louer des biens relativement chers, mais plutôt au mois en réalité que à la nuit. Et en fait, on va vérifier que le marché s’y prête, parce qu’on s’est rendu compte qu’il y avait une vraie corrélation entre le marché de moyenne durée et le marché de courte durée. C’est-à-dire que quoi qu’il arrive, ça vise des gens qui sont de passage, des gens qui vont venir pour un petit peu de temps. Et donc l’idée, c’est de poser une fausse annonce sur Leboncoin avec un loyer relativement cher. Par exemple, je sais pas un T2 se loue 400 euros dans la ville, on va mettre un loyer à 700, 800 en meublé.

Quasiment le double, quoi.

Voilà, quasiment le double en meublé avec par contre tout compris ce coup-ci l’EDF, les, en gros comme si on faisait de la courte durée, mais un peu plus longue.

Ça va être d’autant plus facilité par le bail de mobilité ça en fait.

Exactement, tout à fait. Par le bail de mobilité ça s’y prête complètement. Ils ont sorti le bail idéal pour ce mode de location. Et donc l’idée, c’est d’aller vérifier. Ça aura un double intérêt, déjà d’une on va vérifier qu’il ya réellement du mouvement dans la ville par rapport aux datas qu’on a pu retrouver sur, comme dire, sur AirDNA, sur Wikipédia, en appelant les hôtels. Là, on va finir de vérifier qu’il y a du mouvement dans la ville, et aussi on va sécuriser. C’est-à-dire que si à tout hasard à l’exploitation, on arrivait pas à monter suffisamment haut de gamme pour avoir le gros delta qu’on a envie de faire, je sais pas 800 euros par exemple net sur un bien, eh ben en fait, on va pouvoir savoir qu’on a aussi un autre mode de location qui restera tout à fait rentable. Par exemple, si on se rend compte qu’en courte durée, on a fait que 250 euros par mois et qu’on pourrait les faire en moyenne, autant exploiter en moyenne durée.

Oui, parce qu’il y a moins de travail, clairement.

Alors je vais être franc, j’ai eu très peu de gens, enfin j’ai même eu personne pour l’instant qui a dû basculer en moyenne durée. Les gens sont tous restés en courte durée. Mais voilà, au moins moi j’aime bien sécuriser les choses, donc ça nous permet de le faire.

Dans cette idée-là, je pense que pour sécuriser, nous en tout cas ce qu’on va faire, c’est que on va regarder en location nue il faut au moins qu’on soit à 10 % de rentabilité, ça c’est notre critère location nue. Ensuite, on va voir avec la courte durée combien ça peut nous amener. Je pense qu’il faut au moins, je sais pas, il faut doubler, il faut faire quoi, un tiers en plus, 15 %, 20 %. Si j’ai 10 % en brut, combien il faudrait à peu près que j’ai en courte durée ?

Alors ce qu’il y a, c’est qu’en courte durée souvent les gens annoncent des grosses rentabilités. C’est souvent on est à 25, 30 %, 35 %, mais en fait moi j’ai du mal à parler rentabilité.

Parce qu’il y a plus de charges.

Voilà. Je préfère parler en cash flow en réalité, et je dirai au minimum il faut qu’on ait 500 euros sur un bien une fois qu’on a délégué l’ensemble. C’est un bon ratio d’avoir 500 euros.

D’accord. 500 euros de cash flow dans notre poche, net.

Voilà exactement.

Une fois qu’on a tout payé, d’accord.

Exactement. C’est à peu près le ratio sur lequel on arrive. Beaucoup de gens arrivent à monter à 800, 900, mais 500 c’est plus raisonnable. Et il vaut mieux avoir un objectif comme celui-ci et le tenir et avoir une bonne surprise, que de partir avec des critères voilà, moi je trouve que c’est toujours mieux dans ce sens-là que de promettre des choses qui voilà. Il y a une dernière chose importante, parce que tu parles de 10 % brut, enfin 10 % de rentabilité, alors je suis d’accord et pas complètement juste sur une chose, c’est que la location de courte durée, on a besoin d’avoir des points d’intérêt à côté. C’est-à-dire qu’on peut valider une ville, mais si t’es dans cette ville et que t’as pas de parking à côté, que les gens peuvent pas se garer, que t’as pas, alors je dis pas forcément un parking dans le lot, mais au moins à côté.

Que ce soit accessible.

Voilà. Il faut bien comprendre que c’est des gens en mobilité. Donc si t’as pas de parking, que t’as pas de point d’intérêt particulier, qu’en fait la ville est un peu étendue et que t’as certes dans ce quartier du 10 %, mais que il y a vraiment aucun intérêt de venir dans ce quartier, c’est pas terrible.

Il faut pas y aller.

Des fois, il vaut mieux peut-être avoir un 8, 9 % en nu et puis avoir un emplacement numéro un juste à côté, je sais pas d’une gare, d’un aéroport, et puis être très rentable du coup en courte durée que de se focus impérativement sur ce 10 %. Pour moi, c’est mon avis.

Oui, je comprends.

Après, tant mieux si on a que 10 % super on a eu tout et c’est formidable, mais des fois ces emplacements.

Bien sûr, ils sont plus chers.

Les number one sont un petit peu plus chers, mais vont se prêter plus, donc voilà.

On est d’accord. Au moins l’autofinancement, là on va dire, je vais corriger, autofinancement minimum puisque l’emplacement.

On sécurise.

Chez Loïc il va être premium. Donc souvent quand c’est premium, c’est un peu plus cher que sur l’ensemble de la ville, et donc c’est pour ça que 8, 9 % c’est quelque chose de sécure.

Voilà. Et par contre, excellente chose de dire comme ça je veux une double possibilité, parce que c’est important de toujours se sécuriser, pour moi d’avoir toujours un plan B quoi qu’on ait comme mode d’exploitation.

Et alors, qu’est-ce que tu penses de la stratégie de faire de la location courte durée dans un immeuble plutôt que d’acheter plusieurs appartements ?

Alors, bah excellent, vous avez tout à fait raison. C’est même pour moi le meilleur mode de, la meilleure manière de faire. En fait, c’est un petit peu coupler les stratégies, c’est-à-dire que vous couplez la stratégie de l’immeuble de rapport avec de la location courte durée. L’avantage de ça, c’est que ben déjà vous êtes seuls dans l’immeuble.

On est les patrons.

Voilà, vous êtes le patron. Vous allez pas avoir des voyageurs, si par exemple vous leur mettez une entrée autonome qui vont aller sonner chez le voisin, vous allez pouvoir vraiment identifier les portes. Vous allez pouvoir mettre des entrées autonomes plus facilement.

On aura pas de problème avec la copro en fait.

Voilà, c’est ça exactement. Pas de problématique non plus parce qu’il faut faire très attention aux règlements de copro. Quand on veut investir en location courte durée, il y a des mentions qui doivent pas être notées sinon on peut pas faire de location courte durée. Donc voilà, ça, tout ça en immeuble on l’élimine. Et aussi une certaine mutualisation pour ton prestataire, votre prestataire parce que il va venir sur place. Il va voir trois lots, quatre lots, cinq lots à gérer d’un coup. C’est plus facile, c’est plus pratique.

Moins de frais de déplacements.

Exactement. Et il y a une chose aussi souvent que les gens pensent pas forcément, c’est la gestion du linge puisque pour faire du haut de gamme on va gérer le linge. Et en fait, quand on en a, moi je vois par exemple j’ai plusieurs appartements qui sont dispatchés. En réalité, il faut que je paye un prestataire pour ramener l’ensemble du linge dans un appartement. Et puis ensuite, une blanchisserie vient récupérer le linge, et puis voilà fait le dispatche. Enfin, parce qu’une blanchisserie elle va pas se déplacer pour un lot en général, parce que il y a un minimum de facturation pour qu’ils déplacent un camion, ça paraît logique. S’il y a deux parures par semaine, ils vont pas déplacer le camion pour deux parures. Donc l’idée dans l’immeuble c’est qu’il y a pas de souci. S’il y a un code à l’entrée, bah en fait le livreur va pouvoir venir en autonome, faire le code, récupérer des parures qui étaient sales, les mettre à laver et puis déposer les nouvelles. Et la personne qui fait le ménage, elle arrive, hop elle est sur place. Ou bien aller plus loin, mettre pourquoi pas une petite, même si t’as un local commercial en bas, pourquoi pas mixer les stratégies, aller faire une laverie générale et puis ton prestataire arrive dans la laverie et que d’autres puissent, enfin bref, tu peux imaginer plein de choses, voilà exactement.

Alors moi, je me posais une question sur les outils sur de la location plus traditionnelle comme nous on fait, pour valider l’étude de marché, l’étape ultime ça va être la fausse annonce sur Leboncoin.

Tout à fait.

Tout à l’heure, t’en as parlé un petit peu pour la location moyenne durée, mais sur de la location courte durée, est-ce qu’on peut faire par exemple des fausses annonces sur Airbnb ?

Alors sur Leboncoin on peut en faire. Enfin, on peut le faire pour se rassurer, mais en réalité ça fait souvent plus peur aux gens qu’autre chose, parce qu’il y a pas une grosse demande sur Leboncoin. Donc en fait, on va avoir un appel tous les trois jours pour de la courte durée, et du coup on va se dire ah, est-ce que réellement, est-ce que, pas du tout ? Mais en réalité, c’est normal. Même dans ma ville dans laquelle il y a beaucoup de demandes, moi je loue plus sur Leboncoin depuis un moment. Je le conseillais encore il y a un an, parce qu’il y avait encore de la demande. Maintenant, on a plutôt des gens qui ont des cartes bleues qui ont du mal à passer, on a plutôt enfin voilà.

Ça me viendrait pas à l’idée moi d’aller sur Leboncoin chercher un appart en courte durée.

On est d’accord.

Il y a encore un an ou deux, il y avait encore un peu de gens. Aujourd’hui, c’est vraiment, vraiment très limite. Même si je surveille de près, parce qu’ils sont en train d’essayer de remettre des choses en place, mais pour l’instant en tout cas.

On oublie.

Voila. On a refait des tests il y a peu, on oublie. Par contre, effectivement sur Airbnb on peut le faire. C’est pas aussi facile que sur Leboncoin. C’est-à-dire que si on veut le faire, il faut créer un compte avec une adresse mail en gros qu’on va griller sur Airbnb, parce que quand on va créer son annonce, très rapidement on va se faire shooter, c’est-à-dire qu’ils sont bien plus à l’affût que Leboncoin des fausses annonces. Les gens vont faire une réservation, deux réservations ou vont faire une demande, deux demandes, trois demandes, et en général on va être shooté assez vite parce qu’ils vont voir que voilà.

Pas forcément à recommander, on va plutôt sur la stratégie d’avant

En fait, ce qu’il faut comprendre c’est que pour que ça marche bien Airbnb, il faut faire de la réservation instantanée. Donc ça veut dire qu’on va vraiment engager des gens qui vont réserver chez nous, qui vont mettre leur carte bancaire, c’est pas forcément très sympa pour les voyageurs. Bon je sais que j’ai des gens.

Nous on est, enfin nous on a fait beaucoup de Airbnb et beaucoup de Booking quand on était en voyage, et honnêtement moi pouvoir faire la réservation instantanée ça me rassurait, parce que des fois on était un peu à l’arrache, on bookait le matin pour aller prendre un bus et puis arriver le soir. Et savoir que c’était réservation instantanée c’était sûr, c’était booké, moi je trouvais que c’était plutôt un gros avantage.

Tout à fait, mais complètement d’accord. Mais t’imagines que si tu mets une fausse annonce.

On est d’accord.

Et que tu mets réservation instantanée, tu vas être un petit peu déçu en arrivant le soir de voir qu’il y avait pas d’appartement du tout.

À ne pas faire.

Voilà. Alors à ne pas faire. Moi je sais qu’il y a des membres de mes programmes qui l’ont fait, pas sur mes conseils puisque je trouve que c’est un petit peu voilà, un petit peu.

Oui, en termes d’éthique moi je trouve que c’est un peu limite.

Et la problématique si tu te mets pas en réservation instantanée, même problématique un peu que sur Leboncoin, c’est que tu vas pas vraiment valider ta stratégie parce que les gens font peu de demandes aujourd’hui. Je pense que si tu nous regardes et que t’es pas en réservation instantanée, je pense que des réservations sur Airbnb, tu dois te dire que c’est vraiment pas terrible Airbnb parce que les gens ont pris l’habitude de cette idée de réservation instantanée. Tu l’as dis de suite, ça a été ton premier réflexe. Pour moi, c’était le plus pratique du monde, et tout le monde est dans le même état d’esprit. 99 % aujourd’hui, je pense que j’exagère pas quand je donne cette data-là, 99 % des réservations que je reçois par Airbnb sont des réservations instantanées. Des gens qui posent une question en amont, c’est plutôt le mouton à cinq pattes, la personne qui est vraiment.

C’est pas les bons clients finalement.

Et c’est pas forcément les bons, exactement.

Merci Loïc en tout cas pour tous ces conseils. Si vous voulez investir dans la location courte durée et faire votre étude de marché, ce qu’on vous propose, on va vous mettre le lien d’une vidéo qui est très bien faite de Loïc sur sa chaîne. Vous la retrouverez dans la description. Et si vous voulez apprendre à investir dans les immeubles de rapport, eh bien nous aussi on a un cadeau pour vous. C’est une série de quatre vidéos qui va vous accompagner à investir dans les immeubles rentables. Pour la recevoir c’est super simple, vous cliquez sur le bouton qui apparaît sur la vidéo ou juste en dessous dans la description. Loïc, merci beaucoup. Est-ce que tu as un dernier mot ?

Effectivement. Merci à vous de m’avoir invité ici. Ça fait hyper plaisir. Et puis surtout, n’hésitez pas à me tenir au courant de votre avancement sur votre nouveau projet.

On compte bien t’appeler quand on a des doutes, allo Loïc, est-ce que ça c’est bien ? est-ce que c’est bien ?

Je vais blacklister l’Iphone. Allez, merci à tous.

L’aventure continue, à demain.

Une réponse sur “Comment faire une étude de marché pour la location courte durée dans un immeuble”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.