L’investissement immobilier est un placement sûr qui ne connaît pas la crise, notamment l’investissement locatif. La preuve, 21,7 % des investisseurs immobiliers étaient des investisseurs dans l’immobilier locatif en 2018. Depuis le début de cette année, la France comme tous les pays du monde, connaissent un ralentissement économique à cause du confinement suite à l’épidémie de Covid-19. Et malheureusement, l’immobilier n’a pas été épargné par la crise, les conséquences peuvent être désastreuses pour les investisseurs, y compris pour un investisseur immobilier. Comme « un homme averti en vaut deux », je vous donne ici quelques conseils pour sécuriser votre investissement en période de récession et anticiper une crise économique.

Conseil n° 1 : diversifier les investissements

Il y a deux catégories d’investisseurs immobiliers et investisseurs tout court : ceux qui misent sur les placements dont les rendements sont les plus élevés du marché (style croissance), et ceux qui investissent dans des biens immobiliers dont les rendements sont inférieurs, mais qui ont de réels potentiels (style valeur), par exemple situés dans une ville qui va bientôt connaître un grand dynamisme.

Eh bien moi, je vous conseille d’investir dans les deux. En choisissant d’investir dans des biens immobiliers de qualité à fort rendement, vous accroissez votre rentabilité certes, mais ces biens sont plus sensibles aux fluctuations du marché. En période de récession, ces types de biens sont les plus touchés par la crise. Au contraire, les biens moins valorisés supportent mieux les baisses des prix du marché.

Je vous l’accorde. Quand on investit, c’est pour gagner de l’argent, et le plus vite possible. Toutefois, ce ne sont pas toujours les investissements les plus rentables qui sont les plus sûrs. En principe, les investissements immobiliers qui génèrent un rendement locatif le plus bas sont les plus stables. En diversifiant vos investissements, vous allez connaître un rendement locatif intéressant sur le long terme, même en période de récession.

Cette année, les spécialistes prévoient une baisse des prix de l’immobilier en France alors que les taux d’intérêt des crédits bancaires sont à la hausse. Si vous décidez d’investir maintenant dans l’immobilier, je vous conseille d’y réfléchir pour tirer parti d’une période de récession.

investisseur crise période récession

Conseil n° 2 : réinvestir une partie de son rendement locatif

Vous le savez aussi bien que moi, ce n’est pas en louant quelques jours à l’année votre résidence principale ou en investissant dans un seul bien locatif que l’on va s’enrichir et devenir à terme, un rentier immobilier. Pour réussir votre investissement immobilier et tirer parti d’une période de récession, vous devez regarder au-delà du simple placement immobilier.

La SCPI acronyme de société civile de placement immobilier est une société à travers laquelle vous pouvez devenir propriétaire de différents biens immobiliers : bureaux, locaux industriels, logements et établissements sociaux, lotissements… Plus généralement, vous ne détenez pas un bien immobilier, mais des actions de la SCPI. Tous les trois mois, cette dernière vous verse ainsi qu’aux autres associés, une partie des dividendes ou loyers encaissés déduit des frais de gestion locative et les éventuels reports à nouveau).

Je vous conseille de réinvestir vos dividendes à actions pour multiplier votre patrimoine et sécuriser vos investissements immobiliers en période de récession. Effectivement, même si le ralentissement économique n’épargnera pas l’immobilier, ce ne seront pas tous secteurs qui seront touchés par la crise. Les logements sociaux, les établissements médicaux… continueront à connaître des jours heureux. En investissant dans ces secteurs, vous pourrez continuer à percevoir des revenus locatifs et partager les risques locatifs de tous vos biens immobiliers. De plus, même si vous décidez de revendre, les plus-values resteront importantes puisque ce sont des biens immobiliers qui intéressent les investisseurs.

Conseil n° 3 : choisir des biens immobiliers de qualité

Cela va de soi. Pour attirer des locataires, vous devez miser sur des biens locatifs de qualité, répondant à leurs besoins, que ce soit en termes d’emplacement, d’accessibilité, de surface, etc. Par exemple, vous avez investi dans un studio situé dans une ville étudiante. Il est probable que celui-ci continuera à être occupé pendant la période scolaire même en cas de ralentissement économique puisqu’il est adapté à la demande locative de la ville. Toutefois, vous ne serez pas le seul sur ce marché, et pour vous démarquer, vous devrez miser sur la qualité de votre location. Plus que dans la location nue, la location meublée demande que vous misiez sur des biens de qualité.

Par ailleurs, même en période de récession, il vous est toujours possible d’investir afin de développer votre patrimoine immobilier. Vous ferez même de bonnes affaires, car je suis sûr que de nombreux propriétaires vont vendre, notamment les investisseurs immobiliers particuliers. Dans ce cas, ne vous fiez pas à la description donnée par le vendeur ou aux offres trop alléchantes. Cela rejoint un peu mon conseil n° 1 : investissez dans des biens qui n’ont pas de grande rentabilité, mais ont de réels potentiels. D’abord, parce que ce sont les biens que vous trouverez le plus sur le marché, et donc vous pourrez mieux négocier les prix, mais aussi parce qu’après la période de récession, ils connaîtront une forte demande locative, surtout s’ils sont bien situés et accessibles.

Sachez que la période de ralentissement économique n’a pas lieu immédiatement après une crise économique. Généralement, il faut attendre plusieurs mois après une baisse des prix avant que cela n’impacte vos investissements. Cela veut dire qu’en tant qu’investisseur, vous avez donc tout le temps pour vous préparer et anticiper. Et cela commence par la diversification de vos placements et l’amélioration de vos investissements immobiliers afin qu’ils répondent aux besoins des locataires.

Conseil n° 4 : bien choisir l’emplacement de votre bien

Certaines villes seront mieux épargnées par une période de récession. C’est notamment le cas des villes dynamiques qui proposent tous les services de consommation courante ou qui connaissent une forte croissance démographique. En effet, ces villes continueront à attirer des locataires. Par ailleurs, je vous conseille de regarder du côté des villes où les services publics sont très présents, car ce secteur ne risque pas de connaître la crise en période de récession.

En choisissant la ville où vous allez investir, vous tirerez profit de la période de récession.

Share This